Comprendre

La vie de Saint François et l’histoire du loup de Gubbio sous forme d’histoire simple

L'histoire de Saint François

François Bernardone est né en 1181, il y a très longtemps, dans la petite ville italienne d’Assise : c’est pour ça qu’on l’appelle François d’Assise. Sa mère voulait l’appeler Jean, mais son père, qui était un riche marchand, aimait beaucoup la France : en italien, Francesco veut dire français…

François aurait bien voulu être noble, célèbre dans des batailles : il participe à une guerre contre une autre ville voisine, mais il est battu et fait prisonnier ; il tombe malade en prison et guérit difficilement. Alors il abandonne ses rêves de gloire militaire et se promène dans les chapelles de la campagne, près d’Assise.

Un jour, il a 24 ans, il prie dans une petite chapelle très abîmée devant une belle grande croix ; il entend une voix : Dieu lui dit de reconstruire son Eglise qui tombe en ruines. François veut reconstruire la chapelle mais il a besoin d’argent : il prend celui de son père sans rien dire. Bien sûr ce n’est pas très honnête, son père se plaint et François part de chez lui.

Il reconstruit plusieurs chapelles, des copains viennent le rejoindre. Il comprend alors qu’il doit vivre dans une pauvreté totale, sans argent, sans rien.

François demande au pape la permission de créer un ordre religieux, c’est-à-dire un groupe de personnes qui acceptent de vivre comme lui. Ce n’est pas facile de vivre très pauvre et pourtant ce groupe, qu’on appelle les franciscains, grandit très vite et il existe encore aujourd’hui.

Mais François n’est pas encore content. Il pense aux peuples qui font la guerre aux chrétiens, il voudrait qu’ils deviennent aussi chrétiens. Il fait un long voyage en Egypte pour voir un de leurs chefs, qu’on appelle le Sultan. Il lui parle de Jésus, des chrétiens. Le Sultan le laisse repartir mais il ne veut pas changer.

François revient en Italie mais il est souvent malade, il a peur de ne pas avoir bien fait. Il s’installe dans une cabane ; des amis viennent le voir.

Avec une amie, Claire Offreduccio, il crée aussi un ordre pour les femmes. A cette époque, il a des blessures aux mains et aux pieds qui ressemblent à celles de Jésus sur la croix et qui le font souffrir. Pourtant il aime toujours très fort la nature, le soleil et les hommes. Il dit des prières magnifiques, que ses frères ont copiées et qu’on prie encore maintenant. On raconte qu’un jour, près de la petite ville de Gubbio, il y avait un loup féroce qui faisait très peur à tout le monde ; François va dans la forêt, parle au loup et l’apprivoise ! C’est pour ça que François est maintenant le patron des louveteaux et des louvettes (ce sont des jeunes scouts). On dit aussi qu’il parlait aux oiseaux. Ce qui est sûr, c’est qu’il aimait beaucoup la nature. On dit aussi que c’est lui qui a fait la première crèche de Noël.

A cause de ses maladies, il meurt à 45 ans, en 1226, entouré seulement de ses frères les plus proches, alors que l’ordre qu’il a créé rassemble déjà plusieurs dizaines de milliers de frères. Trois ans après, le pape déclare qu’il est saint et qu’il est un bel exemple pour tous les hommes.

L'histoire du loup de Gubbio

Clique sur ce lien : http://www.espacemusealpfm.com/Francois-Le%20loup%20de%20Gubbio.htm

Une idée d’utilisation :
– la mimer avec des marionnettes
– l’inclure dans un petit temps de prière, avec le chant « evenou shalom » ou « donne la paix »

Laisser un commentaire