Comprendre

Connaitre le pape François

Le pape François : Bouge toi

Le nouveau Pape argentin, né en 1936. Jorge Mario Bergoglio a pris le nom de François.

C’est une figure de premier plan pour tout le continent et un pasteur simple et très aimé dans son diocèse. « Mes gens sont pauvres et je suis un des leurs » Il fait le choix d’habiter dans un appartement et de préparer lui-même ses repas.

Il dit que le pire qui puisse arriver dans l’Église c’est : « se mettre soi-même au centre ». Et quand il cite la justice sociale, il invite d’abord à reprendre en main le catéchisme, à redécouvrir les dix commandements et les béatitudes. Son projet est simple: si l’on suit le Christ, l’on comprend que « piétiner la dignité d’une personne est un péché grave ».

Malgré son caractère discret il est devenu un point de référence pour ses fortes prises de position lors de la dramatique crise économique qui a bouleversé son pays en 2001.

Diplômé comme technicien en chimie, il choisit ensuite la voie du sacerdoce en 1958. Il va continuer de faire de nombreuses études dans différents pays. Il est tour à tour professeur de littérature et psychologie, maître des novices, professeur à la faculté de théologie, consulteur de la province de la Compagnie de Jésus ainsi que recteur du Collège, directeur spirituel et confesseur.

Il a été ordonné prêtre en 1969 et en 1992, Jean-Paul II le nomme évêque titulaire d’Auca et auxiliaire de Buenos Aires. Il reçoit dans la cathédrale l’ordination épiscopale précisément des mains du cardinal. Il choisit comme devise Miserando atque eligendo et insère dans son blason le christogramme IHS, symbole de la Compagnie de Jésus.

En 2001, Jean-Paul II le crée cardinal, lui assignant le titre de saint Roberto Bellarmino. Il invite les fidèles à ne pas se rendre à Rome pour fêter son cardinalat et à destiner aux pauvres l’argent du voyage.

En Amérique latine, sa figure devient toujours plus populaire. Cependant, il ne perd pas la sobriété de son caractère et son style de vie rigoureux, que certains définissent presque « ascétique ».

En tant qu’archevêque de Buenos Aires — diocèse qui possède plus de trois millions d’habitants — il pense à un projet missionnaire centré sur la communion et sur l’évangélisation. Il vise à réévangéliser Buenos Aires, « en tenant compte de ceux qui y vivent, de sa configuration, de son histoire ».

 

Laisser un commentaire